sujet sur la cybercriminalité

3 cybercrimes courants à éviter à tout prix pendant cette crise du coronavirus !

Pendant ces moments de crise due à la propagation du coronavirus, beaucoup d’entre nous font tout leur possible pour aider leurs familles et voisins. Les sociétés de cartes de crédit assouplissent les frais de retard et les sociétés hypothécaires reportent les pénalités. Toutefois, cela ne signifie pas que tout le monde est sur son meilleur comportement alors que nous luttons contre la propagation incessante du virus aérien très contagieux. Dans cet atmosphère critique, des auteurs de cybercrimes utilisent la peur causée par le coronavirus comme un moyen de déclencher de nouveaux cybercrimes ; visant à  voler notre argent ; nos mots de passe, et nos informations sensibles.

En fait, les cybercrimes sont devenus un si gros problème que le National Cyber ​​Security Center du Royaume-Uni a publié un avis cette semaine pour avertir les gens de la menace.  Aux États-Unis par exemple ; de faux sites Web vendent des remèdes supposés pour le coronavirus ou des outils et fournitures médicales difficiles à trouver ; comme des masques, à des prix exorbitants.

Ainsi, des millions d’e-mails de cybercriminels sont envoyés quotidiennement à des personnes sans méfiance ;  promettant des conseils de sécurité, des traqueurs d’épidémie de coronavirus et des traitements magiques ; conçus dans l’espoir que les gens cliquent sur ces liens et téléchargent des fichiers utilisés pour exploiter une population effrayée.

Comment peut-on se protéger pour ne pas devenir une victime d’un cybercrime basé sur le coronavirus ? Voici les 3 cybercrimes que vous devez surveiller dès maintenant !

Découvrez aussi :Pourquoi la coloscopie est importante pour votre bien-être ?

1. L’hameçonnage

hameconnage que faire

L’hameçonnage est un type de crime visant à extraire des informations sensibles des personnes (comme des mots de passe, des dates de naissance et des adresses) ; par des entités qui prétendent fournir des mises à jour critiques ; importantes ou sensibles au facteur temps, et qui jouent souvent avec les gens qui ont peur ou qui ont des malaises.

Par exemple, plusieurs escroqueries par l’hameçonnage impliquent des e-mails qui semblent provenir de l’Organisation mondiale de la santé ; ou de l’OMS, pour demander de l’argent à des personnes ou pour révéler des noms d’utilisateur et des mots de passe ; participer à des offres spéciales ou participer pour gagner de soi-disant prix. Ces e-mails contiennent un lien malveillant qui semble provenir du site de l’Organisation mondiale de la santé, mais qui est en fait un site appartenant à l’attaquant.

Que faire ?

Si vous recevez un e-mail contenant des liens ; en particulier de sites ou de ressources qui ne vous envoyaient pas normalement de mail, soyez alors très prudent avant de cliquer sur ces liens. Vérifiez l’adresse «De» pour vous assurer qu’elle semble légitime ; inspectez également l’adresse Web du lien avant de cliquer. Vous pouvez généralement le faire en plaçant le pointeur de votre souris sur le lien pendant quelques secondes.

2. Les logiciels malveillants

protection contre la cybercriminalite

Un logiciel malveillant est un logiciel conçu pour enregistrer, suivre ou voler des informations à partir des systèmes informatiques et de réseaux sur lesquels il est installé. Les virus informatiques et les logiciels espions sont des types de logiciels malveillants. Les auteurs de ces cybercrimes envoient souvent des logiciels malveillants sous forme de pièces jointes aux e-mails ; en espérant que les gens téléchargeront et installeront le logiciel.

Les logiciels malveillants sont particulièrement trompeurs, car les criminels peuvent infecter un document Microsoft Word d’aspect innocent avec le virus. Ils le font en espérant que les gens téléchargeront et ouvriront le fichier. Et croyez-le ou non, des logiciels malveillants qui ressemblent à une carte interactive basée sur le coronavirus ont été repérés en vente sur les forums russes de cybercriminalité.

Que faire ?

Ne jamais, en aucun cas, télécharger une pièce jointe ; ouvrir un fichier ou installer un logiciel qui vous a été envoyé par courrier électronique, sauf si vous êtes absolument sûr de faire confiance à la source. Même si l’e-mail semble provenir d’un ami ou d’un collègue, prenez des précautions supplémentaires en inspectant l’adresse e-mail « De ». En cas de doute, ne téléchargez ni n’ouvrez la pièce jointe.

Découvrez aussi : Voici comment le vent solaire interagit sur le bien-être de l’homme 

3. Le ransomware

cybercriminalite que faire

Les systèmes informatiques en République Tchèque ont été arrêtés récemment après une attaque de ransomware qui a demandé aux utilisateurs d’arrêter inutilement des machines ; y compris les machines qui étaient responsables des tests critiques de Coronavirus. Le ransomware est un logiciel qui retient efficacement les systèmes informatiques en otage jusqu’à ce qu’une action soit entreprise, comme payer l’attaquant ou le cybercriminel.

Une autre attaque de ransomware, baptisée CovidLock , est apparue aux utilisateurs comme un traqueur de Coronavirus en temps réel ; cependant c’était en fait une application basée sur Android qui empêchait les utilisateurs d’accéder à leur téléphone jusqu’à ce qu’ils paient 100 $ en Bitcoin au cybercriminel. Des conceptions intelligentes ; associées à un climat de peur, aident à améliorer l’efficacité des ransomwares pendant que les gens cherchent à rester informés de la propagation actuelle du virus et des nouvelles restrictions, fermetures et décomptes.

Que faire ?

Ne jamais télécharger ou installer quoi que ce soit sur votre ordinateur ou votre téléphone, sauf si vous êtes sûr à 100% qu’il est sûr. Si vous n’êtes pas sûr, faites preuve de prudence. De plus, ne téléchargez des applications sur votre téléphone que depuis la «boutique» officielle de votre téléphone. Vous avez par exemple Google Play sur Android ou l’Apple Store pour iPhone.

Comment se protéger d’une cyberattaque ?

Il est vrai que nous avons brièvement discuté des moyens d’éviter d’être victime de cybercrimes ; cependant, il existe de nombreuses autres techniques que les utilisateurs d‘ordinateurs intelligents utilisent pour éviter de devenir leur proie.

Voici 6 conseils essentiels que vous pouvez également appliquer pour vous protéger contre ces cybercriminels.

  • Ne cliquez jamais sur les liens dans les e-mails ou téléchargez des pièces jointes, sauf si vous êtes sûr à 100% qu’ils sont sûrs et que vous connaissez leur source ; ne télécharge pas automatiquement les pièces jointes ;
  • Evitez de donner votre mot de passe ou d’autres informations personnelles à quiconque ou à un site Web ; à moins que vous ne soyez absolument sûr d’être sur le bon site Web (ou de parler à la bonne personne) ;
  • Si vous êtes appelé par un représentant supposé du service client et qu’il vous demande des informations comme votre numéro de sécurité sociale ou votre mot de passe ; demandez-lui un numéro de rappel ; prenez leur numéro, puis rappelez-le pour vous assurer que vous parlez bien à une personne légitime de l’entreprise ;
  • Choisissez des mots de passes difficiles à deviner ; n’utilisez jamais de mots de passe comme 123456, mot de passe, abc123 ou même le nom de votre animal de compagnie sans inclure également de caractères spéciaux… ; croyez-le ou non, les cybercriminels intelligents devinent tout le temps ces mots de passe courants
  • Faites attention aux adresses Web (URL) ; comme l’arnaque par l’hameçonnage de l’Organisation mondiale de la santé, les criminels conçoivent des sites Web qui ressemblent exactement à des entreprises légitimes, mais leurs adresses Web seront toujours différentes ;
  • Gardez votre système d’exploitation à jour. Les fabricants de logiciels comme Microsoft et Apple publient régulièrement des mises à jour de sécurité pour leurs systèmes d’exploitation ; il est généralement sage de garder votre système aussi à jour que possible.

Merci de prendre en considération les différents conseils que nous avons détaillés ci-dessus afin d’éviter le plus possible ces cybercrimes en ces temps de crises du COVID-19.

Découvrez aussi : Comment fonctionne un ventilateur ?